Rechercher dans ce Blog

Une personne sur trois sacrifie sa vue : et vous ?

La Lettre Santé Nature Innovation par Jean-Marc Dupuis
est un service d'information gratuit sur la santé, la nutrition et le bien-être.
Pour vous inscrire, rendez-vous ici.



Une personne sur trois sacrifie sa vue : et vous ?

Chère lectrice, cher lecteur,

Portez-vous en ce moment des lunettes pour lire cette lettre ?

Si la réponse est oui, vous souffrez peut-être déjà de dégénérescence maculaire liée à l'âge.

La dégénérescence maculaire liée à l'âge, ou DMLA, est en effet la première cause de perte de vision dans les pays occidentaux. Elle affecte la macula, située au fond de la rétine.

Ça commence par un simple brouillage de la vision. Puis, si l'on ne fait rien, ce que l'on voit en face de soi se déforme puis se tord complètement. Les couleurs deviennent plus fades. Les cas les plus graves (10% des patients) mènent à la cécité.

Ils sont devenus aveugles… Alors que certaines choses très simples peuvent retarder et même prévenir le développement de la DMLA.

Ces informations, qui peuvent vous sauver la vue, sont publiées dans la Lettre du Dr Hertoghe du mois de février.

Pourquoi nous sommes tous concernés

Même si vous ne portez pas de lunettes, il y a tout autant de chance que vous souffriez de cette maladie à l'avenir. En fait, plus vous vieillissez, plus les probabilités que l'on vous diagnostique un jour une DMLA augmentent.

Passé 80 ans, vous avez en effet une chance sur trois de souffrir de ce trouble. Les premiers signes se manifestent généralement dès l'âge de 50 ans ; chez certaines personnes, prédisposées génétiquement (j'y reviens bientôt), ça peut être même encore plus tôt.

On distingue deux stades de cette maladie :

  • La forme sèche, la plus répandue (elle affecte 90 % des malades) : des dépôts jaunâtres (les drusens) s'accumulent au fond de la rétine. Lorsque ces drusens – typiques du vieillissement – s'agglomèrent, ils deviennent mous et entraînent une perte visuelle.

  • La forme humide ou exsudative est l'aggravation de la précédente : de nouveaux vaisseaux sanguins prolifèrent, entraînent des hémorragies dans la macula, qui laissent des cicatrices sur des parties « mortes » de la rétine. Les objets se distordent, puis disparaissent du champ de vision.

Les schémas et les photos que le Docteur Hertoghe joint à sa lettre, et que je ne peux pas reproduire ici, vous permettront de vous faire une idée très claire du mécanisme et de la forme que prend cette dégénérescence de la macula à ces différents stades.

Jusqu'aux plus graves.

N'attendez pas de prendre rendez-vous pour tester votre vue

La forme humide de la DMLA est, en France, responsable de neuf cas de perte de vision sur dix.

Neuf cas sur dix !

Or, à partir d'un certain âge, nous développons tous les germes de cette dégénérescence, les drusens. Tous ne conduiront pas à une dégénérescence maculaire.

Mais c'est pourquoi, comme le préconise le Dr Hertoghe, il est indispensable d'effectuer régulièrement des examens ophtalmologiques qui se concentrent sur la macula.

Tous ces tests vous sont expliqués en détail dans cette lettre :

  • angiographie à la fluorescéine ;

  • angiographie au vert d'indocyanine ;

  • tomographie par cohérence optique.

Mais il en est un que vous pouvez d'ores et déjà faire chez vous, à la lecture de la Lettre du Dr Hertoghe du mois de février : le test de la grille d'Amsler.

La grille d'Amsler est en effet reproduite dans cette Lettre, accompagnée d'un mode d'emploi (il y a en effet une marche à suivre scrupuleusement en quatre points, pour chaque œil). Ainsi que d'une représentation des distorsions que vous êtes susceptible de percevoir si vous êtes atteint d'une forme même légère de DMLA.

Cette grille constitue un préalable indispensable : si vous « reconnaissez » votre vision dans l'une des illustrations, c'est que vous devez consulter sans tarder un ophtalmologiste !

Les yeux bleus plus exposés

Les raisons pour lesquelles Monsieur Dupont développe une DMLA et pas Monsieur Durand (et, je l'espère, pas Monsieur Dupuis !…) sont aussi variées qu'implacables.

Les risques augmentent en effet considérablement selon des critères génétiques, de mauvaises habitudes prises, notamment nutritionnelles.

Si vous avez les yeux bleus, ou même simplement clairs, vous êtes non seulement plus exposé au risque de développer une DMLA, mais en plus celle-ci risque de se développer plus tôt, et vous aurez deux fois plus de chances qu'elle évolue vers la forme la plus grave !

Pourquoi ? Parce que les pigments de l'iris ont pour mission de protéger le cristallin et la rétine des rayons lumineux trop forts, qui les abîment. Moins votre iris est pigmenté, plus votre rétine est susceptible de s'user rapidement si vous ne prenez pas de précaution, comme porter des lunettes de soleil.

Mais ce n'est pas tout.

Il y a des prédispositions génétiques que le simple port de lunettes ne suffit pas à compenser : ce sont les variations du chromosome  et 10q26. Il n'y a, dans ces cas-là, pas de miracle pour faire disparaître les risques accrus : on ne peut pas changer ses gênes !

En revanche on peut adapter… son alimentation. Les solutions, comme vous les détaille le Docteur Hertoghe, consistent à consommer davantage d'aliments riches en :

  • zinc (comme les fruits de mer et les noix)

  • Béta-carotène (carottes, avocats, citrouilles)

  • acide eicosapentaénoïque/docosahexaénoïque (qu'on retrouve en grandes quantités dans certains poissons)

L'alimentation et le mode de vie jouent pour tout le monde, et quelles que soient vos prédispositions génétiques, un rôle déterminant dans le développement ou non d'une DMLA.

« La fumée embrouille tes yeux »

« La fumée embrouille tes yeux » (Smoke gets in your eyes) disent The Platters dans leur célèbre chanson. Ils ne croyaient pas si bien dire !

Ce qui favorise tout d'abord la dégénérescence de la macula, c'est la hausse du nombre de radicaux libres agressant la rétine

Ces radicaux libres, nous pouvons soit leur dérouler le tapis rouge, par exemple :

  • en fumant, ce qui intensifie les « raids » de radicaux libres dans la rétine. Fumer des cigarettes augmente de 2 à 4 fois le risque de DMLA !

  • en s'exposant trop au soleil ;

  • en étant en surpoids ;

  • en buvant trop d'alcool – et en particulier la bière, qui triple le risque de stade avancé tardif de DMLA – à l'exception du vin, dont la consommation d'un verre par jour a au contraire une action protectrice, grâce aux polyphénols qu'il contient.

  • En consommant trop d'aliments gras, et notamment des huiles riches en acide linoléique, surtout sous forme de graisses cuites.

(Vous retrouverez en détail toute la liste des comportements à risque dans la Lettre)

Des œufs si vous tenez à la prunelle de vos yeux

Mais nous pouvons, au contraire, dresser des obstacles sur le chemin de ces radicaux libres, de façon à en considérablement minimiser le pouvoir de nuisance, au bout d'un moment irréversible.

Et là, c'est une véritable panoplie que nous offre le Docteur Hertoghe :

Manger du poisson frais (trois fois ou plus par semaine réduit le risque de souffrir de la forme précoce de DMLA de 50 %, et de la forme tardive plus agressive de quatre fois), mais en respectant certaines précautions, comme la température de cuisson.

Certains aliments permettent de réduire l'éblouissement à la lumière la nuit et d'améliorer son acuité visuelle, comme ceux riches en caroténoïdes (comme les épinards ou les brocolis) et en flavonoïdes (myrtilles, cassis).

La consommation de lutéine et la zéaxanthine, qui sont également des caroténoïdes, permet d'augmenter la pigmentation maculaire, comme cela a été prouvé sur des patients qui ont ensuite regagné une ligne d'acuité visuelle sur le fameux tableau de Snellen, formé de lettres de différentes grosseurs, et sur lequel il faut travailler quand on va chez l'ophtalmologiste.

Or, l'une des sources les plus riches en lutéine et en zéaxanthine sont tout simplement les œufs ! Comme le rappelle le Dr Hertoghe, la consommation d'œufs n'augmente pas le taux de cholestérol : c'est donc un excellent et délicieux moyen de protéger ses yeux à peu de frais !

L'une des armes les plus efficaces contre les radicaux libres est la vitamine E, dont la mission est précisément de les neutraliser. Vous pouvez en prendre des suppléments, et elle est encore plus efficace lorsqu'elle est prise conjointement avec de la vitamine C.

D'autres vitamines ont également prouvé leur efficacité. Le Dr Hertoghe vous dit lesquelles dans sa Lettre.

Le Ginkgo biloba, mais à des doses élevées, s'est révélé par ailleurs augmenter l'acuité visuelle pour distinguer les objets éloignés, tandis que des apports importants en acides gras de type oméga-3 polyinsaturés permettraient de prévenir la maladie et même de stopper sa progression lorsque l'on est déjà touché.

Les meilleurs apports alimentaires pour optimiser ces taux de nutriments, ainsi que les dosages des supplémentations, tout cela vous est naturellement indiqué dans la lettre.

Un tableau récapitulatif vous permettra, en outre, de repérer d'un seul coup d'œil l'ensemble des moyens de protéger vos yeux de la DMLA, et surtout comment les appliquer.

Pour réserver le numéro du mois de février et en savoir plus sur La Lettre du Dr Hertoghe, cliquez ici.

A votre santé !

Jean-Marc Dupuis

******************************

Si vous n'êtes pas encore abonné à La Lettre Santé Nature Innovation et que vous souhaitez vous aussi la recevoir gratuitement, inscrivez-vous ici.

******************************

Pour être sûr de bien recevoir La Lettre Santé Nature Innovation sans qu'elle se perde dans votre boîte de messagerie électronique, visitez la page suivante.

******************************

Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L'éditeur n'est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L'éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s'interdit formellement d'entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

La Lettre Santé Nature Innovation est un service d'information gratuit de Santé Nature Innovation (SNI Editions).
Pour toute question, rendez-vous ici.

Service courrier : Sercogest, 44 avenue de la Marne, 59290 Wasquehal - France

"Voir" aussi notre article : 

Vos yeux sont-ils en train de mourir ?

Rendez-vous sur Hellocoton !